dr aw abdoulayeDr Abdoulaye AW
Orthopédiste

La réputation de cette caravane, plutôt organisée : les malades rentrés un à un. C'était vraiment agréable comme travail.

Comme d'habitude c'est tout le temps beaucoup de légèreté de conscience des pathologies parce-qu'il y a beaucoup d'hypertendus qui ne connaissent pas ou qui prennent la pathologie trop à la légère ce qui fait qu'on voit vraiment un déséquilibre de la tension qui est plutôt flagrant et en même tant qui fait peur.

Téléchargez le transcript : ici

Il y a aussi un travail de sensibilisation qui devrait peut être, organiser des séances de sensibilisation de la population lors de la prochaine caravane et des ateliers l'après-midi ou quelque chose dans le genre. On va essayer de vulgariser à notre niveau. C'est ce qu'il faut car les gens ne connaissent pas la pathologie et les répercussions. Il y a un travail à faire sur ce plan là.

sante pour tous actume ministere santeC'est l'andémie bilarsienne qui sévit toujours. On déparasite systématiquement ce que l'on peut mais malheureusement on ne contrôle pas tout. On voit ça plus chez la population jeune. Mais par rapport aux sujets âgés qui portent cette endémie depuis des années, nous n'avons pas eu idée des complications possibles de la bilharziose à savoir justement la pathologie cancéreuse vésicale, car c'est très fréquent que la bilharziose se transforme en cancer de la vessie et malheureusement, on le découvre très tardivement à des stades tardifs. On ne peut donc plus rien faire.

Je crois que c'est plutôt le nombre de consultants qui justifie vraiment ses caravanes. On a plus le droit de rater une année de caravane car le nombre de consultations est énorme et le service rendu aussi est palpable.

Je remercie toute l'équipe, les organisateurs de m'avoir convié à ça et je pense que dorénavant je serai abonné à cet événement.

> Consultez aussi les autres  témoignages des bénévoles

 Propos recueillis par Constance BORDES et Oumar KANE à Tékane, le 19 avril 2014
Transcript réalisé par Maïry KANE

 

En savoir plus :


Lire le bilan de la caravane, première édition (2013) : ici